L’aide alimentaire – Mais qu’est-ce qui se passe le samedi matin sur le parvis de l’église ?

Et moi ? Qu’est-ce que-je peux faire pour vous aider (Francisco, F… et d’autres) ?

Cette question de la part des bénéficiaires de l’aide alimentaire, nous l’entendons régulièrement, maintenant. Nous l’attendons. Et c’est une vraie joie. L’aide n’est pas à sens unique, elle est un vrai moment de fraternité à savourer sans modération.

Olivier a besoin d’un coup de main pour aller chercher la collecte à l’autre église. Tu peux aider à la distribution ?

– F.. : Ça me gêne d’être des deux côtés de la barrière.

Quelle barrière ?

Depuis, F.… a distribué des flyers dans Clamart, fait les courses et posé des affiches chez les commerçants. Il a aussi été aidé pour préparer son entretien d’embauche.

Après nous avoir aidé à la collecte et à la distribution, Francisco nous a quitté et est parti sur le chemin de Saint Jacques.

– Fella est musulmane. Elle a quitté l’Algérie et sa famille pour se marier avec celui qu’elle aime et non celui que son père souhaitait lui imposer comme mari. Avec ses deux enfants et son conjoint, elle est logée par le « 115 » et vit dans une petite chambre d’hôtel. Ils tentent de joindre les deux bouts avec de petits boulots, quand ils en trouvent.

Sa façon de dire merci ? Tenez ! Je vous ai apporté des beignets !

– Et si on faisait des gâteaux pour les partager ? Cette question est posée par des femmes qui viennent chercher de la nourriture.

Oui ! Bien sûr qu’on va le faire ! Avant Noël ! Et ces femmes auront la surprise de recevoir une boîte cadeau par les Scouts et Guides de France. Une pour chacun des membres de la famille.

– Mme B est arrivée en avance à la distribution avec son bébé de 9 mois. Elle est allée se mettre au chaud dans l’église, au pied de l’autel, face au Christ. Ensuite, elle est venue chercher ce dont elle avait besoin pour elle et son bébé. Et comme elle restait sur le parvis, une bénévole s’est approchée d’elle. Mme B lui a alors demandé : Comment est-ce que je peux me faire baptiser ?

A quoi servent vos dons ? Le temps que vous consacrez à cette action ?

Vous le savez, maintenant ! Ce n’est pas seulement une question de nourriture.

C’est à vous d’imaginer la suite. Qu’allez-vous faire ?