Rencontres à la CEF avec le grand rabbin et le président du CRIF

le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France (CEF) a reçu le Grand rabbin de France, M. Haïm Korsia et le Président du CRIF, M. Francis Kalifat, voici un extrait de la déclaration.

PRIER QUAND ON EST MALADE

La difficulté de la prière quand on est malade

Edito du dimanche 20 décembre

ET SI LE NOËL CONFINE ETAIT L’OCCASION DE GOUTER AUX JOIES DE LA SOBRIETE…

2è dimanche de l’Avent - Année B – « Rendez droits les sentiers du Seigneur » (Mc 1, 1-8)

Nous voici dans le temps de l’Avent, le temps de l’espérance. Nous n’entrerons pas dans l’espérance de l’Avent malgré cette nuit, ou à côté d’elle, mais bien à travers elle.

Edito du 1er novembre : La sainteté appartient-elle au passé ?

La fête de la Toussaint rappelle que nous sommes tous appelés à la sainteté!

Merci(s) !

Avant la trêve estivale qui permettra de profiter d’un grand bol d’air, il me semble important de vous remercier pour votre soutien pendant ces mois inattendus.

Relire le confinement pour vivre pleinement le déconfinement

Après le confinement et avant la trêve estivale, nous vous proposons de faire un bilan personnel de ces semaines particulières. Je vous propose de vous laisser interroger par ce questionnaire proposé mercredi dernier aux pères de famille d’Abbé Mousse Papas. Qu’avons-nous vécu ? Que voulons-nous garder ? Qu’est-ce que j’ai découvert comme talents ou ressources insoupçonnés ? 

La Joie de l’Accueil

Cette fin d’année est pour chacun l’occasion de rendre grâce pour tout ce que le Christ a fait pour lui : ces signes visibles et invisibles qui ont parsemés une année si particulière. Pour notre famille c’est aussi l’occasion de rendre grâce pour cette mission de 3 ans au service de la communauté paroissiale où nous avons pleinement vécu la Joie de l’Accueil.

‘’Reste avec nous, car il se fait tard’’

Deux disciples quittaient la communauté le visage triste, le cœur fermé. Ils marchaient, parlaient se lamentaient et n’arrivaient pas à croire : ce Jésus qu’ils avaient suivis, aimés, était mort dans une situation pitoyable, des femmes disaient qu’il était vivant, qu’elles l’avaient vu… mais eux n’y croyaient pas ! Croire à une parole, se les rappeler, les murmurer en soi : Je serai toujours avec vous, ne craignez pas. Ce n’est pas simple d’accepter, d’adhérer à une présence invisible. Nous avons besoin de voir, de toucher, d’entendre pour mieux comprendre, aimer.

Ne sortons pas... de l’action de grâce !

A l'invitation de notre évêque, revenons sur cette période de confiment, "Qu’est-ce qui m’a réjoui durant ce temps de confinement ? qu’est-ce qui m’a blessé ? quelle habitude nouvelle devrais-je garder ? Le Seigneur nous parle et par ce qui nous fait du bien et dans ce qui nous fait souffrir. Cet exercice spirituel simple vaut la peine.